Le mardi sur son 31 #4

Hello les bouquineurs de passage !

Des mois et des mois sans aucune publication sur ce blog en complète perdition.
La raison ?
Une immersion quasi totale dans l’intégrale du Trône de Fer : des semaines et des semaines plongée en apnée aux côtés des Starks, Lannister et autres Targaryens.
Et tout çà pour finalement décrocher au début du 5ème volume (aka le début du tome 13) : Merci Bran-le-relou…
Ceci étant dit, George R.R. Martin n’ayant pas achevé son oeuvre (série mise à part), disons que j’en ai gardé un peu sous le coude…

Mais trêve de bavardages. Il est temps de revenir à ce sympathique RDV hebdomadaire, découvert sur le blog Lire&vous et initié à la base par Les bavardages de Sophie : Le Mardi sur son 31 !

Une page 31 pleine de suspens extraite d’un roman policier de Joël Dicker, La disparition de Stephanie Mailer. Let’s go :

– Ce sont peut-être simplement des parents inquiets pour leur fille, fis-je remarquer. Ils n’ont pas eu de nouvelles de Stephanie depuis trois jours et disent que c’est très inhabituel. Vous comprendrez que je veuille traiter cela avec la diligence nécessaire.
– Stephanie Mailer a 32 ans, elle fait ce qu’elle veut, non ? Croyez-moi, si j’avais des patents comme les siens, j’aurais moi aussi envie de m’enfuir, capitaine Rosenberg. Vous pouvez être tranquille, Stephanie s’est simplement absentée quelques temps.
– Comment pouvez-vous avoir cette certitude ?
– C’est son patron, le rédacteur en chef de l’Orphea Chronicle, qui me l’a dit. Elle lui a envoyé un message sur son portable lundi soir.
– Le soir de sa disparition, relevai-je.
– Mais puisque je vous dis qu’elle n’a pas disparu ! s’agaça le chef Gulliver.

Une page 31 qui résume à elle-seule l’intrigue de ce roman !
Je n’en suis qu’au tout début mais j’espère être aussi captivée par cet opus que par La vérité sur l’affaire Harry Québert !

Et vous, que lisez-vous en ce moment ?

La fille du train de Paula Hawkins

fille du trainHello les bouquineurs de passage !

On a évoqué plusieurs coups de cœurs ces derniers temps. Au fil de mes pérégrinations littéraires, il y a certes de jolies surprises mais également de sacrées déceptions.

La fille du train fait hélas partie de cette seconde catégorie.

De prime abord, je lis assez peu polars. Mais quand je me suis tombée sur cette bande annonce avec Emily Blunt, je me suis rappelée que j’avais vu ce best-seller dans ma médiathèque et je l’ai emprunté dès que j’ai pu.

J’en profite au passage pour vous dévoiler l’un de mes péchés mignons :  Quand un film adapté d’un livre sort au cinéma, je cours le lire avant d’aller le voir. C’est plus fort que moi, à croire que j’adore me spoiler toute seule…. (« vous avez demandé l’hôpital psychiatrique, ne quittez pas :  » Bonjour, je m’appelle L et je suis « adaptophile » anonyme »).
Bref.
Toujours est-il que j’avais du coup dévoré Gone Girl, Hunger Games, Drive avant de voir les films.

Une bonne idée d’avoir céder aux sirènes de la curiosité en empruntant La fille du train ? Pas sûre hélas…

Avant de développer, on ne coupe pas à la quatrième de couv :

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : le 8h04 le matin, le 17h56 le soir. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants, qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l’être par le passé, avant qu’il la trompe, avant qu’il la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Ai-je été séduite par ce pitch, passant moi-même énormément de temps dans les trains de banlieue pour aller au boulot ? Probablement.

Mais je n’ai pas été hyper emballée par ce livre. Je n’ai pas réussi à m’attacher au personnage de Rachel, ni à trouver d’intérêt à l’intrigue portant sur la disparition de Jess.

D’emblée, il y a une étrange similitude avec Les apparences de Gyllian Flynn : un chapitre par personnage un peu comme un journal intime, des histoires de couples borderline, des personnalités troubles. Des traits similaires donc, mais niveau écriture, on ne joue plus vraiment dans la même catégorie. Et c’est un peu là que le bât blesse car c’est quand même (un peu, beaucoup) écrit avec les pieds. Clairement un à deux crans en dessous du Gyllian Flynn.

Au final, une lecture assez rapide mais globalement décevante. Et qui ne m’a pas même pas donner envie de voir le film. Dommage.

Et vous avez eu l’occasion de le lire ? Avez-vous vu le film ?

Catégorie : 2 étoiles

Un été de Vincent Almendros

Un ete vincent elmendros

Hello les bouquineurs !

Vous avez froid et vous en avez marre de vous prendre des paquets d’eau et de vent dans la figure ?

Pas d’hésitation, embarquez pour ce petit livre Un été de Vincent Almendros, direction l’Italie et la baie de Naples. Dépaysement garanti.

Une jolie découverte de moins de 100 pages, pourquoi se priver ?

Petit coup d’œil sur la quatrième de couv :

Jean, mon frère, venait d’acheter un voilier et m’invitait à passer quelques jours en mer. Je n’étais pas certain que ce soit une bonne idée que nous partions en vacances ensemble.

Quand je dis « nous », je ne pensais pas à Jean.
Je pensais à Jeanne.
À Jeanne et moi.

Un huit-clos sur un bateau en pleine mer. 2 couples amoureux sous le soleil méditerranéen dont 2 frères. Et Jeanne.

Difficile d’en dire plus sans en révéler trop. Qui est Jeanne ? Quelle relation l’unit avec le narrateur et avec son frère Jean ?

Une intrigue dont la révélation ne se fera que dans la toute dernière page, pour ne pas dire les toutes dernières lignes. Et j’avoue que je n’avais pas vu venir la chute malgré quelques indices semés çà et là dans le récit.

À dévorer d’une traite !

Note : *****

13 à table ! Collectif au profit des Restos du coeur

 13 a table restos

Pioufff… Des semaines, que dis-je ! Des mois que ce pauvre blog est laissé à l’abandon et croupit sous une abondante couche de poussière. « Liberté d’expression j’écris ton nom » que je scandais dans mon dernier post, encore faudrait-il prendre le temps de se saisir de son clavier…

Et pour vous parler de quoi en plus ? D’un petit livre qui n’est pas vraiment le dernier Goncourt, mais qui n’est tout de même pas complètement dénué de qualités.

13 à table ! donc, un petit recueil de nouvelles écrites par des auteurs très connus (et gros vendeurs) au profit des Restos du cœur. Lire la suite »

Les apparences de Gillian Flynn

les apparences gillian flynn

Alors que le marathon promotionnel de Gone Girl de David Fincher bat son plein et qu’il est quasi impossible de passer à côté des bandes annonces du film (et de la tête de chien battu de Ben Affleck), une question m’obsède jour et nuit : A-t-il oui ou non tué sa femme dans le film ?
Pour assouvir ma curiosité, je me suis précipitée dans le premier cinéma ouvert, je me suis rabattue sur le livre dont l’histoire est tirée, Les apparences de Gillian Flynn donc, dont on entend beaucoup de bien (sur le blog de Caro par exemple).

Mais quelle est l’histoire justement ?

Amy et Nick forment en apparence un couple modèle. Victimes de la crise financière, ils ont quitté Manhattan pour s’installer dans le Missouri. Un jour, Amy disparaît et leur maison est saccagée. L’enquête policière prend vite une tournure inattendue : petits secrets entre époux et trahisons sans importance de la vie conjugale font de Nick le suspect idéal. Alors qu’il essaie lui aussi de retrouver Amy, il découvre qu’elle dissimulait beaucoup de choses, certaines sans gravité, d’autres plus inquiétantes.

Lire la suite »

Un avion sans elle de Michel Bussi

Voici un livre que j’avais de nombreuses fois vu en rayon, pris puis reposé et finalement repris en me disant que çà ferait une très bonne lecture de vacances !

avion sans elle

Ce qu’en dit la 4ème de couverture ?

23 décembre 1980. Un crash d’avion dans le Jura. Une petite libellule de 3 mois tombe du ciel, orpheline. Deux familles que tout oppose se la disputent. La justice tranche : elle sera Émilie Vitral. Aujourd’hui, elle a 18 ans, la vie devant elle mais des questions plein la tête. Qui est-elle vraiment ?

Dix-huit ans que Crédule Grand-Duc, détective privé, se pose la même question. Alors qu’il s’apprête à abandonner, la vérité surgit devant ses yeux, qu’il referme aussitôt, assassiné.

Il ne reste plus qu’un vieux carnet de notes, des souvenirs, et Marc, son frère, pour découvrir la vérité…

Et bien, petite surprise pour moi qui n’avait pas lu le résumé en entier (je m’étais arrêtée à chaque fois aux 2 familles qui se disputent), il s’agit avant tout d’un polar, un genre que je n’avais plus trop lu depuis quelques années. Lire la suite »