L’image manquante de Rithy Panh [Film]

Hello les bouquineur.se.s de passage !

image_manquante_rithy_panh_doc_cambodgeJe coupe un peu au rituel de la chronique littéraire aujourd’hui pour vous parler d’un film qui m’a bouleversée. Plus précisément d’un documentaire de Rithy Panh, cinéaste franco-cambodgien.

Une majorité de son travail est consacrée au génocide khmer par les khmers rouges. Il est d’ailleurs l’auteur du livre puis du film S21, la machine de mort.

L’image manquante est l’histoire de sa vie entre 1975 et 1979. Né au Cambodge, il a 13 ans en avril 1975 quand les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh pour vider la ville de leurs habitants. En 48h, 2 millions de personnes, hommes, femmes, enfants, sont jetés sur les routes. Direction la campagne pour être « rééduqués » dans des camps de travail et construire sous l’idéologie de Pol Pot et l’Angkar, la « grandeur » du Kampuchea Democratic. 

Face à l’indicible, comment témoigner de ces 4 années au cœur de l’enfer, des atrocités du génocide cambodgien sans image en dehors de celles tournées par le régime lui-même ?

C’est là tout le projet de ce film :  Car si les insupportables images de l’Ankar sont restées dans la tête du réalisateur, toute l’existence de sa famille, ses proches, son enfance, sa maison ont été effacées de la réalité, décimées, détruites par le génocide. D’eux, il ne reste aucune trace physique, aucune représentation palpable : L’image manquante au sens propre. 

Pour réussir à raconter, reconstruire et faire revivre tout ce qui a été perdu, Rithy Panh utilise des petites figurines en glaise pour mettre en images ses parents, ses frères et sœurs, lui même. Une mise en objet qui lui permet de faire revivre ses souvenirs quand le génocide n’a laissé aucune trace matérielle.

On pourrait penser que le recours à ces petites poupées permettraient de mettre de la distance entre l’horreur des faits et le spectateur. L’approche et le procédé apparaissent moins frontaux, pour ne pas dire moins brutaux que pour S21, la machine de mort, mais l’atrocité du génocide s’impose dans toute son abomination.

image_manquante_rithy_panh_cambodge

L’image manquante est à coup sûr une oeuvre forte et indispensable de notre histoire contemporaine, un film pour se rendre compte du génocide cambodgien.

Pour aller plus loin, dans les bonus du DVD, Christophe Oo-dit-bio interviewe Rithy Panh ainsi que Christophe Bataille qui a écrit les commentaires du documentaire. Il existe aussi l’excellente émission radio Affaires sensibles sur l’entrée des Khmers rouges dans Phnom Penh.

Enfin, pour rester dans le cinéma, sur le même thème, mais traité d’un point de vue différent, le film d’animation Funan de Denis Do est sorti en mars dernier dans les salles.

Catégorie : 5 étoiles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s